La peur de vivre , la joie d'accepter. S'exprimer! La perfection m'a tué !

06 novembre 2018

Mardi 06 novembre 2018. Le perfectionnisme m'a tué épisode premier

 

peinture-montesquieu

"Ceux qui aiment s'instruire ne sont jamais oisifs.

Quoique je ne sois chargé d'aucune affaire importante, je suis cependant sans une occupation continuelle.

Je passe ma vie à examiner.

J'écris le soir ce que j'ai remarqué, ce que j'ai vu, ce que j'ai entendu dans la journée. 

Tout m'intéresse, tout m'étonne : je suis comme un enfant, dont les organes encore tendres sont vivement frappés par les moindres objets."

Lettres persanes XLVIII, Montesquieu. 

J'aime me rappeler que le perfectionnisme m'a tué car cela m'a empêché de vivre pendant toute mon enfance et aujourd'hui j'ai des lacunes. 

Ma mère me protegeait énormément.

Par ailleurs je le remarque aujourd'hui quand je parle de mon fils, elle me dit de faire attention constamment.

Je comprends qu'il faut être prudent mais renfermé non merci.

Pourquoi parce que la vie est cinique certes mais c'est plus intéressant et vivant de vivre des expériences que de se protéger tout le temps.

Parfois je comprends qu'elle m'a empêché de grandir en me sur protégeant. 

Elle a cru bien faire, elle a souffert en étant enfant aussi.

Je lui en veux pas mais je comprends petit à petit pourquoi je suis ainsi et je prends mon temps pour vivre ce que je suis et ce que je deviens.

Aujourd'hui en France l'éducation est sur un système de protection et de perfection.

Je pense que c'est pas une bonne chose.

Les gens on peur peur peur ..... c'est triste la vie alors rendons la joyeuse rien qu'en souriant et en écoutant les enfants qui ont soif de grandir. 

Quand ils nous demandent "pourquoi" toutes les 5 minutes comme j'ai entendu des parents se plaindre.

N'est ce pas la un signe de se demander pourquoi on fait des choses en tant qu'adulte.

Je pense que les gens font des choses sans savoir pourquoi et s'en se demander s'ils en ont vraiment besoin.

....

Alors as tu vraiment besoin de faire cette action?

En ce moment beaucoup dise d'aller faire des blocus mais ils n'y vont certainement pas.

Il y a des gens qui ont besoin de le faire pour avoir de quoi vivre et d'autre juste pour se plaindre.

Se plaindre est une habitude ou un besoin?

Bref réfléchir parfois ça a du bon.

Pour ça il faut prendre le temps et aujourd'hui les gens courent tout le temps.

J'en faisais parti.

Grâce à ma grossesse j'ai pu me poser pour comprendre.

Prenez le temps de connaître vos besoins et pas ceux qu'on vous fait croire.

Accepter que vous êtes de petites choses qui peuvent être grands en faisant moins en étant plus présent.

Être.

 Au lieu de voir grands et loin voyez petit et près.

 

Posté par didiemouv à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 novembre 2018

Dimanche 04 novembre 2018. J'aime le sucre

 

http_%2F%2Fi

Le sucre c'est comme un ami.

Parfois c'est mieux...

Comme j'ai peu d'ami et que je ne veux pas les embêter avec mes souffrances,

J'ai trouvé le sucre.

Il me remonte le moral celui là.

Il m'empêche de souffrir.

Et du coup il me fait mal aussi car il m'empêche de ressentir la douleur pour mieux la comprendre.

Parfois il suffit'juste de fermer les yeux et d'écouter mon corps pour comprendre que ça va passer.

Que je suis fatiguée et que mon vrai besoin c'est dormir.

Ça n'empêche que j'aime le sucre.

Je me rappelle que vers 20 ans j'ai commencé à ne plus vouloir grossir, ça s'appelle l'anorexie.

J'étais très maigre.

Et quand ça n'allait pas je me jetai sur les gâteaux. 

Et après je culpabilisai. 

Une tragédie psychologique.

Quand il y en a qui mange pas à leur faim et que d'autre arrête de se nourrir.

Bref je suis contente de vieillir finalement et de comprendre que j'étais conditionnée par ce qui m'entoure.

Je le suis toujours un peu mais beaucoup moins. 

Je me sens vivante aujourd'hui.

Avant j'étais endormi ou pas née.

Pour en finir avec le sucre,

J'ai pas envie d'arrêter, de toute façon il est presque partout.

Et puis c'est tellement bon.

Je suis responsable de ce que je fais.

C'est moi qui achète les gâteaux. 

Merci l'industrie.

 

 

 

Posté par didiemouv à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 octobre 2018

La réalité, le perfectionnisme m'a tué, j'ai tué mon chat

 

images (1)

 

 

je fais le deuil de mon monde enfantin ou je croyai que le perfectionnisme était la clé où tout devait être parfait, bien, beau, agréable...

J'en mets du temps car c'est comme des retours en arrière(car les mêmes souffrances et questions vont et viennent) effectivement j'ai beaucoup de mal à accepter la réalité mais plus je vieillis plus je m'informe plus je me déforme plus je comprends plus je grandis.

Je le répète le perfectionnisme m'a tenue dans une vie morte.

Car au fonds la vie n'est qu'une suite d'imperfections.

Mais c'est ça qui fait qu'on se sent vivant.

La joie ne dépends de rien, elle est un état qui accepte tout de la vie. 

La joie, c'est désirer ce que l'on a même les imperfections.

Je commence à aimer l'imperfection.

L'imperfection c'est bon.

L'imperfection c'est l'humain.

Mon chat était malade, il avait 15 ans, il était incontinent,  j'étais enceinte,j'étais pas immunisée pour la toxoplasmose, je voulais partir à la mer, j'ai beaucoup réfléchi, j'ai pleuré, j'ai dis oui au vétérinaire pour qu'il lui fasse la piqûre.

Il me manque mais pas tout le temps.

Parfois il me manque.

 

J'ai pas accepté sa maladie, sa vieillesse.

Je ne voulais pas qu'il souffre.

J'aurais pu le garder.

J'aurais pu l'abandonner.

J'ai pris une décision parmis toutes.

J'ai tué mon chat.

Uno (son prénom ) paix à ton âme je t'aime, je t'aimais et je t'aimerai.

Il était déjà comme mort en étant enfermé dans un appartement à manger des croquettes...

photo non contractuelle

 

 

Posté par didiemouv à 07:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 octobre 2018

Vendredi 26 octobre 2018, La tristesse

3757_test

Il y a des choses qui me rendent triste et comme toutes émotions negatives je ne les aime pas.

Mais je dois les accepter et les exprimer.

J'étais au magasin  avec mon petit bonhomme de 2 mois et je vois cette femme d'une quarantaine d'année qui demande une bouteille de pastis.

L'odeur de sa bouche déjà alcoolisée.

En sortant elle titubait avec son sac garni de son "precieux".

Elle était bien habillée et coiffée et elle était ivre.

Avais-je des raisons d'être triste?

Je ne la connais pas.

En fait j'ai une peur de l'alcool...

Mon père en est dépendant et il en souffre par rapport à ses proches qui lui disent que c'est nocif.

Lui se plaît dans cet état autant que j'ai peur qu'il commence à dérailler. 

En effet, il peut être joyeux et puis d'un coup être très méchant et violent.

Je suis traumatisée par certain de ses  comportements liés à l'alcool.

Du coup je ne bois pratiquement pas et j'ai une très mauvaise image de cette substance.

De voir cette femme, car en tant que femme moi même, je me suis dit mais pourquoi, j'ai pensé à  lui demandé si elle allait bien.

Elle était sur sa lune.

Peut être qu'elle était heureuse comme ça.

Et moi j'étais triste de la voir ainsi.

Elle était heureuse alcoolisée et j'étais triste de la voir ainsi mais tellement heureuse en de promener mon fils qui me rends si heureuse.

Les émotions négatives comme positives sont un cadeau pour nous les humains. 

L'alcool lui permet-il de transformer ces emotions, sûrement.

Moi quand je vais pas bien au lieu d'accepter simplement, je vais me chercher du sucre du réconfort.

Parce que dans notre culture on a pas le droit d'être faible....

Et j'en reviens au livre qui m'a aidé "Les vertus de l'échec" moi qui a peur de tout et de l'échec ce qui m'empêchait d'entreprendre quoi que ce soit...

 

 

Posté par didiemouv à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2018

Lundi 22 Octobre 2018 MERCI

 

ob_85569a_merci

Bonjour Lundi.

Week end sympa avec ma petite famille depuis le temps que je rêve de ça.

Et oui je doutais vraiment que l'on pourrait avoir un enfant avec mon conjoint.

Nous allons fêter nos 13 ans cette année et ça fait autant d'année que je sais qu'on allait avoir du mal à concevoir.

Et puis après 4 ans d'assistance médicale. 

Et notre bonhomme est là maintenant.

Merci à toutes les personnes qui nous ont aidé et accompagné.

Merci, merci, merci à l'intelligence humaine.

Mon chemin de vie me fait grandir chaque jour grâce à lui j'apprends à comprendre et accepter mes émotions et besoins uniques.

Je croyais que je pouvais tout contrôler et contrôler mes émotions afin d'être parfaite tout le temps.

Car effectivement je déteste les émotions et sensations désagréables.

Mais les accueillir m'aide inconditionnellement. Je n'avais pas appris à le faire ni à les exprimer. 

Merci merci merci à tous, femmes et hommes que jai rencontré qui m'ont apporté à travers leur soutient, leur conseil, leur livre, leur parole, leur acte et qui font celle que je suis aujourd'hui.

Même ma peur (Gislaine comme je là surnomme) ou la panique qui a rythmé ma vie (jocelyne le prénom de ma mère qui représente cette panique constante). 

MERCI.

Posté par didiemouv à 08:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 octobre 2018

Vendredi 18 octobre 2018. La peur de tout pantophobie

 

pantophobie-peur-de-tout

Me voilà en train d'étudier ma peur de tout, ma peur de vivre, ma peur de me sentir mal, ma peur d'avoir des réactions disproportionnées. Ma peur de mal faire. Bref peur de tout plein de truc.cela s'appelle la Pantophobie. Oups maman superstitieuse. Dans les définitions est évoqué le TAG trouble d'anxiété généralisé.

J'ai commencé à me soigner moi même car bien sûr j'ai peur de tomber sur un professionnel charlatan. 

J'essaie de soigner chaque peur en fait. Mais c'est épuisant et'j'ai peur d'être épuisé. 

Quand j'ai mal je fais de la relaxation.

Mais parfois je veux me relaxer toute la journée ou presque car je crains venir la peur de me sentir mal. 

En fait grâce à mes lectures j'ai pris conscience que je voulais tout contrôler.

Et puis dans mes activités j'imagine le pire à chaque fois.

Moralité, arrêter de tout contrôler et imaginer le mieux à chaque fois.

Ma peur je l'ai surnommé Gislaine et je dialogue avec elle depuis aujourd'hui on verra si on se comprend mais j'imagine que ça va faire du bien.

 

Posté par didiemouv à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2018

Jeudi 17 octobre 2018 Peur, colère et protection

La_Mer_orageuse_-_Gustave_Courbet

 La vague en colère de Gustave Courbet. 

 

 

J'aime la mer, elle me ressource.

Je n'imagine pas ne pas la voir chaque année.

Elle est une resssource et me ramène à la vie moi qui ai si peur de vivre et de ressentir mes angoisses. 

Mon fils m'a ramené à la vie aussi.

Son sourire me caresse le coeur.

Mes lectures m'ont ramené à moi même.

A comprendre qui je suis et où je veux aller.

J'avais peur d'exprimer mes emotions négatives,  la peur et la colère.

Pourtant mes parents l'exprimait très bien.

Mais moi je les vis mal.

Aujourd'hui elles doivent s'exprimer.

Grâce à l'écriture notamment.

La bulle de protection ( moyen appris en cours de sophrologie) me permet de me calmer, de me protéger.

J'imagine une bulle tout autour de moi qui brille, que moi je suis précieuse à l'intérieur et que ne peut y rentrer que les bonnes choses de la vie.

 

 

 

 

Posté par didiemouv à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2018

Dimanche 14 octobre 2018

peur

J'ai été bercé par la peur pendant toute mon enfance.

J'en souffre car elle m'empêche de vivre certaines choses.

Je vais réfléchir des heures sans pour autant agir. 

La peur c'est un moteur aujourd'hui pour vivre et être qui je suis.

Je ne ferai pas un blog sinon sur ce sujet qui me tient tellement à coeur.

Tout cela fait parti de moi.

 

Aujourdhui j'ai moins peur d'avoir peur.

J'accepte qui je suis pour devenir celle que je suis en devenir, à 29 ans.

Il n'est jamais trop tard.

 

Malheureusement dans notre pays on n'a pas le droit d'être faible ou d'échouer.

Le livre de Charles Pépin Les vertus de l'échec, ainsi que des livres sur l'estime de soi notamment de l'auteur Valérie Richard L'estime de soi, m'ont aidé à être moi même moins exigente avec moi, les autres, la societe. 

La peur m'a gangrenée et le perfectionnisme m'a consumé, mais je ne suis pas en reste de vivre, ça me permet d'être celle que je suis aujourd'hui.

C'est un long chemin de patience et de confiance en nous les hommes.

Car on l'oubli dans notre société qui prône l'individu que sans les uns et les autres nous sommes rien.

Moi même j'avais perdu cette évidence.

On a tellement de choses qu'on se rends plus compte et on se plaint.

Il n'y a pas de méchant, il y a que des souffrants.

 

 

 

Posté par didiemouv à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2018

Gustave Courbet

« J'ai étudié, en dehors de tout système et sans parti pris, l'art des anciens et l'art des modernes. Je n'ai pas voulu plus imiter les uns que copier les autres. J'ai voulu tout simplement puiser dans l'entière connaissance de la tradition le sentiment raisonné et indépendant de ma propre individualité. »

 Gustave Courbet, Le Réalisme, 1855

800px-Les_Baigneuses-CourbetLes Baigneuses (1853), Montpellier, musée Fabre.

Posté par didiemouv à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2018

Paul Valéry

Que de choses il faut ignorer pour agir.

Posté par didiemouv à 21:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]