http_%2F%2Fi

Le sucre c'est comme un ami.

Parfois c'est mieux...

Comme j'ai peu d'ami et que je ne veux pas les embêter avec mes souffrances,

J'ai trouvé le sucre.

Il me remonte le moral celui là.

Il m'empêche de souffrir.

Et du coup il me fait mal aussi car il m'empêche de ressentir la douleur pour mieux la comprendre.

Parfois il suffit'juste de fermer les yeux et d'écouter mon corps pour comprendre que ça va passer.

Que je suis fatiguée et que mon vrai besoin c'est dormir.

Ça n'empêche que j'aime le sucre.

Je me rappelle que vers 20 ans j'ai commencé à ne plus vouloir grossir, ça s'appelle l'anorexie.

J'étais très maigre.

Et quand ça n'allait pas je me jetai sur les gâteaux. 

Et après je culpabilisai. 

Une tragédie psychologique.

Quand il y en a qui mange pas à leur faim et que d'autre arrête de se nourrir.

Bref je suis contente de vieillir finalement et de comprendre que j'étais conditionnée par ce qui m'entoure.

Je le suis toujours un peu mais beaucoup moins. 

Je me sens vivante aujourd'hui.

Avant j'étais endormi ou pas née.

Pour en finir avec le sucre,

J'ai pas envie d'arrêter, de toute façon il est presque partout.

Et puis c'est tellement bon.

Je suis responsable de ce que je fais.

C'est moi qui achète les gâteaux. 

Merci l'industrie.